Bienvenue à Goma

51xCKmX5AtL._SX195_

Prix Amerigo Vespucci Jeunesse 2008

Sélectionné notamment par le prix des lycées professionnels du Haut-Rhin, le Festival jeunesse d’Annemasse, le prix des Embouquineurs, Enlivrez-vous en mai, le Prix des collégiens de Bayeux

Elsa rêve de devenir journaliste photo, d’aller le plus près possible des événements, de témoigner. L’année de son bac, son père lui décroche un poste dans une station de radio. Ce stage, qui débute le 1er avril 1994, va faire basculer sa vie. Car quelques dizaines d’heures plus tard, à six mille kilomètres de là, au Rwanda, des incidents terribles commencent à alerter le monde entier. Depuis la salle de rédaction, pour la première fois de sa vie, elle assiste à l’Histoire en direct. Mais c’est sur le terrain qu’elle voudrait aller. Lorsque Lucie, une journaliste de la radio, est envoyée en reportage dans les camps de réfugiés de Goma, Eisa réussit à embarquer à ses côtés. Elle découvre alors l’horreur du génocide et les difficultés du métier. Car l’enquête que Lucie a décidé de mener va se révéler très dangereuse.

Thèmes : le journalisme, l’engagement, l’humanitaire, le rôle de la France dans le génocide des Tutsi et le massacre des Hutu modérés en 1994.

 

Chapitre 5

J’ai dit qu’on faisait équipe toutes les deux. Lucie devait penser le contraire, qu’elle me traînait. Alors, je ne la ramenais pas, je regardais, je me taisais.

Le camp était en pleine ville, mais la ville, ici, c’était du sable et des cailloux. Deux types à l’entrée, des Zaïrois portant des masques ont vaporisé nos chaussures avec un produit à base de chlore.

On allait repartir, hein ? On n’allait pas rester, je me suis dit à moi-même, alors qu’on n’était même pas encore rentrées dans le camp. Je me suis reprise, je n’avais pas peur, c’était à cause de cette odeur.

On n’avait encore rien vu de Goma, Lucie et moi.

Quand l’avion s’était posé hier soir sur le minuscule aéroport, une piste en terre et des chèvres sur les côtés, des enfants couraient entre les trains d’atterrissage. J’avais ressenti un embrasement de ma poitrine comme après un dos d’âne spectaculaire sur une route de campagne.

– Muzungu ! Muzungu !

Les enfants avaient crié au pied de l’échelle, dans ce paysage sans arbre ni maison, juste de la terre, le ciel violet aux reflets orangers et une odeur piquante dans les narines.

– Les Muzungu, c’est nous, les personnes de race blanche. A partir de maintenant, vous faîtes attention à vos sacs, nous avait avertis Jean-Marc. Ils sont mignons, les gamins, mais ils piquent tout !

Dans leur véhicule, une sorte de 4×4 qu’ils appelaient un P4, les militaires français s’étaient avancés contre l’avion. Les soldats avaient cherché à disperser les enfants à coups de klaxon et de cris. Mais les enfants n’avaient pas bougé.

Puis, un officier nous avait accueillis debout sans descendre de son véhicule, en nous adressant un immense sourire :

– Premièrement, le volcan Nyiragongo est prêt à entrer en irruption. Ici, les gens ne parlent que de ça. Il paraît que c’est à cause de nos avions qui font trembler la terre. Deuxièmement, y’a des émeutes tous les jours. Troisièmement, des gens crèvent de faim et du choléra. Quatrièmement, on en a marre. On a hâte de rentrer à la maison. Bref, bienvenue à Goma !

Le militaire, hilare, avait attendu que ses paroles produisent leur effet sur nous, mais Lucie et moi, on n’avait pas réagi.

Ses histoires de volcan en éruption ne m’intéressaient pas. En revanche, le mot choléra faisait un drôle d’écho en moi, il s’associait au mot colère qui n’avait pourtant rien à voir, quel rapport entre la colère et le choléra ?”

 

Ils en ont parlé :

Capture d’écran 2016-04-18 à 11.48.05

Capture d’écran 2016-04-18 à 11.54.26

 

 

  • La notice de l’Univers Jeunesse sur le site de la Bnf : « Coup de coeur !. – Un roman remarquable« 

 

  • « TRÈS PEU DE RÉCITS EN LITTÉRATURE JEUNESSE BOUSCULENT LA BLANCHITÉ COMME NORME » A lire cet entretien avec deux chercheuses, Anne Schneider et Élodie Malanda qui travaillent sur la littérature jeunesse, que publie le site Africultures. Un article qui mentionne  « Bienvenue à Goma » (Rouergue, 2008).

 

  • La Bnf a sélectionné « Bienvenue à Goma » dans une liste de 65 ouvrages qu’elle a confectionnée, en mars 2015, à l’occasion de la 26ème Semaine de la presse et des médias dans l’école et suite aux attentats du mois de janvier 2015 :Capture d’écran 2016-04-18 à 12.06.45

 

 

 

«